> Raccommodage : comment réparer un trou ou un vêtement usé

Le raccommodage, à l’image du DIY, est à la mode. Faites durer plus longtemps vos vêtements, tout en leur offrant un look personnalisé.

Sentez-vous bien dans votre penderie ? Je suis certaine qu’il y a plein de vêtements que vous n’osez plus sortir, que vous n’osez plus porter.

jean troué

Une réparation visible, ou tout au contraire, invisible, vous fera économiser de l’argent, est très peu couteux, et c’est amusant, vous allez voir tout ça maintenant.

Pourtant, il y a tant à faire. L’objectif ici est de vous pousser à sortir des sentiers battus, de créer, avec du fil. Ce n’est pas que réparer un trou, c’est se sentir bien, original, à la mode.

Certes, le raccommodage demande un peu de temps. Ça vous dirait d’avoir une technique à suivre pas à pas ? La voilà.

Les étapes pour réparer vos vêtements

1/ déterminer la zone abîmée

2/ choisir un tissu

3/ réparer/ remplir le trou

4/ broder par dessus pour styliser

5/ éventuellement, coller du tissu enduit pour plus de confort.

Simple, claire et nette, cette liste d’étape s’applique à tout projet de réfection d’un vêtement. On va revenir sur chaque étape, mais avant, il vaut que vous sachiez pourquoi vous le faites.

Parce que, rien n’est plus assommant, que de voir la pile de vêtement à retoucher, si vous n’avez pas de but – autre qu’un objectif d’avoir purement à réparer.

Et pour cause, ça ne vaut vraiment pas le coup de réparer pour réparer. Je dirai plutôt que ça ne vaut pas le coût que vous allez y passer. Je pense que le temps qu’on passe à faire quelque chose à un coût. Ce que vous allez faire pendant ce temps, vous ne ferez pas autre chose. Et le temps passé ne vous sera jamais rendu. Pourquoi alors faire quelque chose qui vous embête ?

Pourquoi restaurer des vêtements usés, maintenant ?

Si vous le faites, pour quelque chose qui vous tient à cœur, le temps n’est alors pas perdu. Et même si ce n’est plus cher d’acheter un vêtement neuf, maintenant, on ne répare plus pour économiser de l’argent, vous le faites parce que :

  • c’est meilleur pour votre santé : le vêtement lavé, relavé, parfois devenu délavé, n’a plus de toxine à laisser sur votre peau.
  • c’est meilleur pour l’environnement : quand on sait que, pour un tee-shirt, il faut 2700 litres d’eau virtuelle, dont 45 % pour l’irrigation du coton, en plus de 400 litres pour sa fabrication et 1200 litres pour son lavage au cours de son cycle de vie. Raccommoder, c’est arrêter de contribuer à la pollution de la mode.
  • c’est meilleur pour la condition humaine : en refusant d’acheter un vêtement de fast-fashion, vous dites non à la manière de produire en masse, dans des conditions de travail pour des enfants, que vous n’accepteriez pas pour vous-même.

Donc, oui, moi, je prends de mon temps, pour réparer. C’est clair que nous n’allons pas changer le monde. Mais, parce que, quoi qu’on en dise, ça vaut le coup.

Surtout que ce n’est pas compliqué, ça ne me revient pas cher, ça me donne un style à moi, quelque chose que je ne retrouverai pas sur le dos de tout le monde. Ça nous distingue, nous épanouis, nous rend unique. (Et ça me rend dingue que tout le monde veuille ressembler à tout le monde).

D’autant plus que c’est le premier pas qui compte. C’est le premier, tout petit, mini pas que vous faites, qui vous donnera envie de continuer.

Essayez : choisissez un vêtement, un que vous tenez, mais qui n’aura qu’une conséquence faible si vous le « ratez ». Et même si ce n’est pas exactement le résultat auquel vous vous attendiez, vous aurez appris : quel fil utiliser, quelle aiguille choisir, quel projet pour quelle épaisseur de vêtement.

Quand le bateau est au milieu du fleuve, il est bien tard pour réparer l’avarie.

Proverbe chinois

Réparons nos vêtements, tant qu’ils sont encore portable. Même si c’est créatif, vous aurez plus de facilités à vous attaquer à un petit trou, à une usure, plutôt qu’à un pan arraché (et je vous parle d’expérience 😆).

Comment réaliser un raccommodage facile et créatif

1 / L’activité de réparer le linge et les vêtements, commence par la détermination de la zone abîmée.

Vous l’avez sans doute remarqué, quand vous réparez un trou, simplement en recousant, en rapprochant les 2 bords du trou, il y a un autre trou qui se forme à côté. et pour cause : le tissu n’est pas abîmé qu’au niveau du trou, mais également tout autour.

C’est une zone entière qui est usée, et dont il faut s’occuper.

C’est pour cela qu’il vaut mieux s’attacher à réparer un petit trou : parce que vous allez également vous attaquer au cercle tout autour.

Astuce : il vaut mieux découper proprement le contour, ou faire des crans, pour pouvoir plier la zone abîmée vers l’envers du vêtement.

Coupez les petits morceaux de fils qui s’effilochent, à leur base.

Déterminer la zone du vêtement à réparer, couper un peu autour du trou pour le plier sur l'envers.

2 / Le choix du nouveau tissu

Vous allez poser un tissu, soit thermocollant par-dessus le trou, soit un tissu normal en dessous, et le coudre tout autour de la zone usée.

Je vous recommande d’utiliser du tissu identique au vêtement que vous réparez : du tissu tissé, comme le tissu en coton qui sert au patchwork, pour les vêtements raides, et du jersey, comme un morceau de tee-shirt, pour les vêtements étirables. Parce que le vêtement réagira différemment selon le tissu : le tissu jersey fera gondoler le tissu tissé.

Pour réparer un jean, choisissez du tissu un tantinet épais, comme du jean, de la feutrine, de la toile : si le tissu en jean original n’a pas résisté, le tissu fin en coton ne certainement pas longtemps.

3 / Réparez – remplissez le trou

Je me base sur la technique traditionnelle du rapiéçage.

Pour vous donner une idée du travail de vos grands-mère, je vous ai préparé un petit dessin sur l’art de rapiécer. Nous irons plus vite, mais c’est intéressant de savoir d’où l’on vient, pour avoir un aperçu d’où nous allons.

En bas, le tissu avec le trou, en haut, le tissu à mettre à la place. Le tout sur l’envers. Épingler et coudre les deux tissus à la machine, faire les coins à la main. Puis, replier 2 fois sur l’ouvrage à rapiécer, et coudre au point droit, ou au point glissé à la main.

Vous avez également le choix d’utiliser la technique de l’appliqué :

3 étapes de l'appliqué

Ma technique du raccommodage :

□ – coupez les fils qui dépassent autour du trou – surtout pour les tissus qui s’effilochent.

□ – coupez un morceau de tissu de la taille de la zone abîmée + 2 cm pour être sûr d’enlever toute la partie usée.

o – passez au point zigzag tout le tour de la zone abîmée, ou découpez et pliez sur l’envers quitte à agrandir le trou.

□ – pliez l’espace qui contient le point zigzag vers l’envers du vêtement, et maintenez avec des épingles, et bâtissez. Ne vous embêtez pas avec une longueur de fil trop grande, 1 m, c’est le maximum. Un dé sur le majeur peut aussi être utile, afin d’éviter les piqûres sur le doigt.

Ici, vous avez le droit d’utiliser une aiguille à chas large. Vous gagnerez du temps, et ce n’est pas un travail de précision, les points ne se voient pas car le bâti sera enlevé à la fin.

□ – Passez le tour du tissu supplémentaire au point zigzag, repliez cette zone sur l’envers, et repassez.

o – posez le tissu choisi SOIT sur l’envers pour combler un trou, SOIT sur l’endroit pour cacher une zone usée. Fixez-le, en le cousant sur l’endroit, sur tout le tour, à 0,5 cm maximum du bord.

Point zig zag autour du tissu qui répare le trou, puis poser le tissu sur l'envers du vêtement et le coudre à l'endroit, ou poser le tissu sur l'endroit en pliant la zone de zig zag pour la cacher, et coudre par-dessus.

4 / Ajoutez de la broderie par-dessus pour styliser

Des lignes droites, au point droit, ou au point de bâti, suffisent.

Pour que ça se voit bien, choisissez un fil métallisé, ou du fil mouliné à broder, style DMC.

Je vous prépare un article avec de la broderie Sashiko…

5 / L’entoilage sur l’envers

Parfois, c’est plus esthétique, ou plus agréable à porter, de coller de l’entoilage thermocollant sur l’envers.

Dans ce cas, prenez soin de bien joindre les 2 bords abîmés du vêtement, et de poser le thermocollant, face brillante vers le tissu, avant de poser un tissu clair, puis, par dessus, le fer à repasser, température moyenne.

Surtout ne pas bouger le fer sur le vêtement !


Je ne résiste pas à vous partager cet article, qui vous propose des idées créatives pour réparer une chaussette, recoudre un bouton, broder à la place d’une tache, et si vous comprenez l’anglais, il y a cet article complet.

Vous pouvez également faire une recherche sur internet, avec le terme « mending » – apparemment, c’est le terme plus à la mode pour « raccommodage ».

Je vous invite à trouver plus d’idées et d’inspiration sur mon tableau pinterest. Pintez-le (ça se dit ? ) pour y revenir plus tard :

C’est le moment où l’on se confie. Qu’est-ce que vous avez à raccommoder dans votre penderie ?

Chez moi, il y en a un panier rempli. Et si on se prenait 15 min par jour, pour coudre, raccommoder, faire ce qu’on aime le plus : la couture créative ?

J’ai commencé, depuis le 1e février, à taguer sur instagram #15mindecoutureparjour. J’envoie sur instagram et sur facebook, le soir, ma réalisation du jour, j’espère tenir le plus longtemps possible.

Allez, ne soyez pas timide, partageons nos avancées sur #15mindecoutureparjour !

Crédit image : Skylar Kang, Thom Bradley, Créer Recycler Coudre

Partager l'article :
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
    1
    Partage
  •  
  • 1

10 réponses sur “> Raccommodage : comment réparer un trou ou un vêtement usé”

  1. Trop contente de lire cet article ! 🙂 J’avoue je procrastine mon raccommodage et mes réalisations « pratico-pratiques » ne sont pas jolies. Je note les astuces de cet article et j’irai faire un tour sur Pinterest car j’ai aussi des tâches à broder et ça m’a l’air très joli ;-p
    Je sais que je ne tiendrai pas 15′ de raccommodage par jour en revanche, je tenterai 15 à 30′ sur 1 semaine dans un 1er temps. J’espère que de ton côté 15′ par jour tiendra sur le long terme 🙂 Profite en bien et que ça te permette de développer ta créativité 🙂
    Merci encore pour cet article 🙂

    1. 15 min de couture par jour, c’est surtout 15 min de plaisir, rien qu’à moi.
      Je mets le chrono en route, et mon mari et mes enfants savent que, pendant ce temps-là, il est interdit d’aller embêter maman !
      Parce que, pendant ce moment, je suis juste moi, devant mes projets à moi.
      Ce n’est pas seulement du raccommodage, c’est aussi un peu d’art 🙂

  2. Merci pour cet article.
    Depuis que j’ai dècouvert ton blog j’apprècie sa philosophie!C’est lui qui m’a motivè à commè le raccomodage.
    Je raccomode aussi parce que je ne veux pas me séparer du vetements trop vite. Si il est usè c’est que je l’aime bien je l’ai bcp portè. Mais c’est aussi èconomique et ècologique.
    Merci pour ce blog qui change des autres.

    1. Merci pour ce gentil commentaire 😉 J’ai aussi du mal à me séparer de mes vêtements. Surtout que, depuis que j’ai rangé et trié mes vêtements selon la technique Kondo, je n’ai plus que mes vêtements préférés !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *