Au secours, j’ai un trou ! 5 manières de réparer un trou aux genoux.

Bonjour, et bienvenue sur cet article dans lequel je vous partage toutes mes connaissances en matière de rafistolage de trou de pantalon.

Parce que, lorsqu’on est parent, on sait combien ça coûte de changer les vêtements de nos bambins, et la vitesse à laquelle ils abîment leurs vêtements – quand ils ne les perdent pas.

Aujourd’hui, vous apprendrez comment gérer les petits trous ou grosses déchirures, raccommoder les genoux des pantalons – et, par la même occasion, les coudières des hauts. Tout ce qui est abîmé par l’usure.

Je suis bien placée pour vous conseiller, parce qu’avec un petit qui n’arrête pas de bouger depuis sa naissance, j’en ai cousu et recousu des pantalons ! Je pense avoir vraiment tout essayé en terme de raccommodage.

D’ailleurs, si vous avez testé des méthodes qui fonctionnent, n’hésitez pas à les faire partager en commentaire 😉

Photo by Sarah Pflung

1) Réparer un trou au genoux : Test de l’écusson

J’ai d’abord commencé à acheter des écussons. Le petit était ravi, c’est coloré, c’est résistant, ça change de l’ovale classique.

Vous voyez l’endroit où il y a le genou ? Cette zone s’est étirée, avec le mouvement répété de pliage du genoux, alors que l’écusson n’a pas bougé. Ca fait un truc bizarre, avec plein de plis sur le pantalon. Et puis, c’est très difficile à coudre : l’écusson est très épais, l’aiguille passe mal, et la colle thermocollante de l’écusson laisse une pellicule collante sur l’aiguille. Oui, parce que, si vous pensiez seulement le coller avec votre fer à repasser, j’ai le regret de vous dire qu’il ne tiendra pas un jour.

Bilan : l’écusson, c’est résistant par contre c’est pas évident à poser.

2) Réparer un trou aux genoux avec du tissu thermocollant à découper

J’ai testé aussi le tissu thermocollant qui ressemble au jean. Comme vous pouvez le voir, j’ai dû quand même surfiler les bords.

Je me suis dit que c’est plus léger que l’écusson, ça tiendra mieux. Mais il faut quand même le coudre si vous voulez que ça résiste. Le thermocollant colle toujours à l’aiguille, donc le surfilage, comme vous pouvez le voir sur la photo prise de très près, n’est pas identique partout. Aussi, ça peut bouger un peu, et donc, ça fait des plis. Surtout que ça s’abîme aussi.

Bilan : question résistance et beauté du résultat, on peut mieux faire.

3 ) Réparer un trou aux genoux avec les renforts du commerce

Ensuite j’ai investi dans des renfort à coudre. Vous en trouverez des thermocollant, d’autre pas mais ils sont déjà troués pour faciliter le passage de l’aiguille.

L’inconvénient, c’est que pour avoir des renforts de qualité, j’ai payé entre 3 et 4 euros. L’avantage, c’est que votre enfant aura eu le temps de grandir avant que les renforts aient cédé !

Pour les coudre, vous avez le choix : soit coudre en piquant un coup dans le renfort, un coup dans le tissus, en face du premier trou. Ou utiliser un point de chausson. Ou le coudre à la machine. Dans ce cas, il faudra découdre le côté du pantalon où il n’y a pas de surpiqûre.

Concernant le type de couture, par expérience, celui qui a la couture au point droit à la machine est plus solide. Pour la 1e méthode, c’est soumis encore à l’usure et finalement, même si vous doublez le fil, il se casse.

Bilan : c’est facile à poser, voir si le prix vaut le coup par rapport au prix du pantalon.

4 ) Laisser le trou apparent

Là, c’est un pantalon qui vient du commerce. Je l’ai acheté comme ça. C’est à la mode parce que l’on vend des pantalon avec des trous. Vous pouvez tout à fait vous inspirer de cette technique : un morceau de tissu est surfilé (les bords sont cousu au point zig zag de la machine à coudre), épinglé sur l’envers, et cousu au point droit, en formant un rectangle autour du trou, pour éviter qu’il s’agrandisse.

Pour le tissus du dessous, essayez d’obtenir le même tissu, en tout cas la même couleur, que le pantalon.

5) Tuto pour réparer un trou aux genoux : Un raccommodage original

Pour mes recherches, je suis tombée sur ce site de clémentine et mandarine qui vous propose de remplir les trous avec un tissu par dessus, style patchwork.

J’ai choisi la version style écusson : on peut la décliner en plusieurs versions. Par exemple pour un trou, le rendre ovale et broder par-dessus des ailes de papillon ou de cygne, ou en faire une tête de clown… et pourquoi pas une tête de mort ?

Justement, je vais m’attaquer au pantalon jaune de mon grand chou. Je pense que ce n’est pas son préféré, alors je vais tester quelque chose de plus “cool”. Je vous présente donc le tuto du raccommodage de pantalon version tête de mort !

D’abord, vous préparez votre ouvrage : vous repassez le pantalon. Puis, sur du carton souple, vous dessinez la forme que vous souhaitez. Pour dessiner une tête de mort, commencez à dessiner un U avec les bords assez hauts, puis vous indiquez chaque tiers. Au premier tiers, vous dessinez un arc de cercle sur le dessus, qui formera le crane. C’est aussi au premier tiers que vous dessinez les yeux. Au second tiers, vous dessinez la bouche. Si vous ne vous sentez pas l’âme d’un dessinateur, n’hésitez pas à m’envoyer un message et je vous enverrai le scan de ce que j’ai fait.  😉

Maintenant, vous découpez la forme en laissant un centimètre de marge de couture tout autour. Evitez de laisser moins, car je me suis rendue compte que c’était plus facile de retoucher quand la marge est plus élevée. Parce qu’après, c’est plus difficile quand on se trompe de revenir dessus et essayer de rattraper. J’ai utilisé de la feutrine assez souple, vous pouvez aussi utiliser du jean fin. Pour les genoux, évitez les tissus plus fins, au risque de voir votre ouvrage rapidement se trouver.

Maintenant, vous crantez les bords, ça veut dire couper les bords dans la marge de couture, vers l’intérieur du modèle, en faisant des traits, ou des triangles. Puis vous passez à la phase de repassage. Alors si votre tissu est de nature rebelle, humidifiez-le avec un spray contenant de l’eau et du vinaigre. Ça marche assez bien pouvoir repasser les endroits qui sont crantés.

Sur cette forme, redessinez à la craie blanche – ou à la savonnette ! – les formes des yeux, du nez, et de la bouche. Nous allons broder les contours en blanc. Pour ça, je vais tester de changer de pied-de-biche. Bien sûr, vous pouvez le faire avec votre pied de biche  ordinaire. Si vous pouvez escamoter les griffes de votre machine c’est encore mieux : normalement, lorsque vous enlevez la tablette, là où se trouvent les pieds de biche supplémentaire, derrière votre machine il y a un bouton que vous pouvez appuyer ou vous faire glisser. Ça y est, les griffes restent en bas et ne font plus avancer le tissu.

Ah, j’ai oublié de vous dire : pour Noël, j’ai reçu un coffret de 32 pieds de biches. Bien sûr, il fallait que j’essaie, maintenant. J’ai choisi d’essayer les pieds de biche pour broderie : le pied à repriser – qui se termine par une boucle métallisée, et le pied de broderie, également avec un cercle, mais transparent cette fois. Je vous montre en dessous comment les installer.

C’est pratique, parce qu’on peut voir directement sur le tissu là où on va piquer, quoique un peu étonnant de voir le pied de biche se lever à chaque point. Surtout, maintenez bien le tissus avec vos deux mains à plat, pour le faire glisser. Je passe d’une forme à l’autre sans couper le fil, je le ferai plus tard, en rentrant les fils.

Au tour du pantalon : rejoignez les deux bords de la déchirure, pour éviter que ça se déchire encore plus. Choisissez une aiguille 90, voire 100 pour du jean. Prenez également du fil blanc ou noir, pas besoin de choisir un fil de couleur identique au pantalon, ça ne se verra pas !

Décousez le côté qui est cousu simplement (pas de surpiqûre). Posez un petit morceau de thermocollant : il va coller les fils qui ont été déchiré et les maintenir ensemble. Commencez par faire un 4-5 points zig zag avec la mesure du point en 0 ( vous n’avancez pas le tissu) puis continuez en 3. Terminez par 3-4 points pour arrêter, appuyez sur le bouton marche arrière de votre machine et vous repassez sur votre première couture, un peu en décalé.

Il ne vous reste plus qu’à retourner le pantalon sur l’envers, recoudre le côté du pantalon trois fois : deux fois au point droit (une ligne devrait suffire), en longueur 3 ou 4, et surfiler les bords (coudre avec un point zig zag).

Ça y est non seulement vous avez un pantalon recousu et en même temps customisé ! à la semaine prochaine pour de nouvelles idées rapiéçage !

Retenez ceci : les genouillères toutes faites sont rapides, choisissez-les à coudre, et faites-le à la machine. Si vous les faites vous-même, recousez le trou avant de les poser.

Des idées pour customiser ou au contraire vous souhaitez avoir plus d’idées laissez-moi vos pensez en commentaire, ça me fait toujours chaud au cœur d’échanger avec vous 😉

Partager l'article :
  •  
  •  
  • 0
  • 1
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 0
  •  
  • 1
  • 0
  •  

13 réponses sur “Au secours, j’ai un trou ! 5 manières de réparer un trou aux genoux.”

  1. Bonjour Coralie,
    Merci pour ton article et tes astuces ! Les enfants grandissant tellement vite, j’avoue que je n’achète pas de la grande qualité, mais plutôt des vêtements d’occasion à bas coût. Du coup, l’usure est parfois rapide…
    Pour ma part j’ai une autre astuce : ne rien faire ! Comme tu le dis toi même dans l’article, il se vend des vêtements avec des trous, c’est à la mode…
    Sinon l’autre grande astuce que mes parents utilisaient pour moi, c’est découper un jean troué/tâché/trop petit en short. On prolonge ainsi grandement sa durée de vie.

  2. L’exemple du pantalon du commerce, avec les trous apparents, m’a donné une idée! Elle vaut ce qu’elle vaut…. Mais, pourquoi ne pas laisser les trous apparent sans rien recoudre derrière? Juste en faisant quelques points pour empêcher les trous de s’agrandir (je suppose que c’est possible, mais n’ayant aucune connaissance en couture…). L’avantage serait de garder “l’élasticité” du pantalon, peut être d’être plus simple à faire, et de ne pas nécessiter un quelconque rajout 😉

    1. oui, je suis sûr que mes petits me demanderont ça dans quelques (courtes) années ! En attendant, ils remuent tellement qu’il est nécessaire d’avoir les genoux protégés.
      Pour garder l’élasticité, on peut aussi mettre du tissu type jersey sous le trou : c’est en plus très décoratif !

  3. bonjour Coralie,

    Bravo pour ton article et ton travail en général.

    J’ai une petite question pour les grands enfants 🙂
    Au niveau de l’entrejambe les pantalons (et jeans en particulier), finissent par s’user et devenir extrêment fin (et donc un trou va se créer)
    J’ai 2 jeans, qui sont des levis (ils coutent cher, mais j’avoue que vu la fréquence d’utilisation et leur longévité, l’investissement valait le cout). Je voudrais agir avant la création du trou.
    J’avais pensé à mettre à l’intérieur un tissu thermocollant pour les renforcer.
    Si tu pense qu’il y a une meilleure solution je suis preneuse (je précise que je n’ai pas de machine).

    Bonne journée.

    1. Tu as raison d’agir avant qu’il n’y ait un trou. Le problème avec le thermocollant, c’est que l’un des bords va se décoller petit à petit. De plus, c’est raide et désagréable. Il vaut mieux utiliser un autre morceau de jean. Si tu n’en as pas, découd un petit peu l’ourlet, pour couper un petit morceau de jean. Puis, sur l’envers, couds ce petit morceau sur le trou qui est en train de se former. D’abord tout autour. Puis, sur l’endroit, utilise un fil de la couleur original du jean, et passes le fil en zig zag, en commençant par un endroit un peu plus loin que la partie usée, continue sur la partie usée, puis termine un peu plus loin. C’est comme si tu recréais la trame du jean. On ne devrait y voir que du feu. J’ai aussi quelques jean à revoir… j’en ferai un article détaillé et photographié 😉

  4. Coralie,
    Génial, je n’aurais jamais eu l’idée de faire cela comme ça. Merci pour ton aide car la couture et les trucs et astuces ce n’est pas ma spécialité!
    Merci pour ton travail et tes conseils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *